21 septembre 2013

Tokyo Crazy Kawaii : la conférence de presse

© † Parasite Scene † - Kimi


Les 20, 21 et 22 septembre 2013, le festival Tokyo Crazy Kawaii posait ses valises à Paris pour sa première édition. Implanté dans le Parc Floral de la capitale française, le salon emmenait ses visiteurs au cœur d'une reconstitution de Tokyo mettant en avant les différents aspects de la culture japonaise et surtout du "kawaii". Mais quels sont les véritables enjeux de cet événement ? Les réponses, on nous les a donnés, lors de la conférence de presse qui se déroulait le vendredi 20 septembre au matin avec la présence des principaux acteurs du Tokyo Crazy Kawaii et quelques uns des invités prestigieux.

C'est d'abord le producteur exécutif de l'événement, Ichiya Nakamura du Tokyo Crazy Kawaii Comittee, qui a pris la paroles pour décrire l'événement ainsi que ses objectifs.

© † Parasite Scene † - Kimi

Ichiya Nakamura : L’événement Tokyo Crazy Kawaii à Paris est organisé en collaboration avec de grandes entreprises dont une qui développe les magasins de la Tour 109. Cet événement a également reçu un soutien considérable de la part du gouvernement japonais.
Le Tokyo Crazy Kawaii à Paris est un événement qui a pour but de promouvoir dans le monde les aspects cools de Tokyo et la culture kawaii. Jusqu’ici de nombreux événements liés à l’animation japonaise et au cosplay ont été organisés dans les pays étrangers et ont permis de faire naître des profils de fans très variés attirés par divers aspects du Japon. Notre événement sera le premier au monde à vous présenter avec la culture kawaii le vrai Japon à travers la mode, la gastronomie et la musique. Le Tokyo Crazy Kawaii à Paris va entamer aujourd’hui sa première édition mais il est prévu que d’autres éditions succèdent de manière régulière à Paris et dans d’autres pays du monde. Si pour cette première édition c’est Paris qui a été choisi, c’est tout d’abord parce que cette ville est à la pointe de la mode mais aussi parce que la presse française culturelle est la plus descriptive dans le monde.
Le nom de cet événement Tokyo Crazy Kawaii a aussi le sens d’original, beau et pleins de personnalités et il était important de lancer cet événement à Paris qui est aussi une ville belle et pleine de personnalités. De même, cet événement a reçu le soutien du siège du développement de la propriété intellectuelle du cabinet du premier ministre au Japon, du ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie, du ministère des affaires intérieurs et de la communication, des affaires étrangères et de la ville de Tokyo. Parmi les stratégies principales de la politique du gouvernement japonais, il y a la stratégie "Cool Japan" et donc si le Tokyo Crazy Kawaii a pu obtenir tant de soutien de la part de ces nombreux ministères c’est parce que le gouvernement a mis en place un fond de subvention pour le "Cool Japan".
Tokyo a été récemment élue pour accueillir les JO de 2020 et donc les attentions vont se porter d’avantage sur Tokyo. Nous espérons qu’à travers notre présentation de ces divers aspects du Japon, nous pourrons contribuer à faire connaitre plus largement les charmes du Japon et du "Cool Japan".

Dans la seconde partie de son discours, Ichiya Nakamura s'est focalisé sur le concept kawaii, pivot de cet événement.

Ichiya Nakamura : Ces dernières années, le terme "kawaii" a commencé à attirer l’attention des pays étrangers, il est donc désormais employé tel quel. Depuis ses origines, l’emploi de ce terme s’est élargi et il est souvent utilisé aujourd’hui à la place de "cool" ou "super" et on peut le considérer comme le bouton "J’aime" de Facebook par exemple. "Kawaii" n’est pas un terme qui s’applique seulement aux chanteurs et chanteuses pop mais il désigne aussi tout ce qui est plaisant et agréable dans les domaines de la mode, la musique et la gastronomie ou encore des personnages et des caractères. Cette culture "kawaii" vient de l’union d’une culture japonaise traditionnelle et d’une culture venue de l’étranger qui ont été mélangées pour la réinventer et en faire un concept original japonais à part entière.

Pour terminer, Ichiya Nakamura a présenté l'intégralité du programme et des stands présents sur les lieux.

Ichiya Nakamura : Le Tokyo Crazy Kawaii va se tenir dès aujourd’hui jusqu’au Dimanche 22 septembre, pendant trois jours ici même au Parc Floral de Paris. Dans le hall principal, il sera possible de trouver cinq espaces dont quatre représentant chacun des quartiers de Tokyo : Shibuya, Harajuku, Tsukiji et Akihabara afin de reproduire une espèce de "faux Tokyo". Chaque espace est rempli d’enseignes représentatives de chaque quartier concernant la mode, la gastronomie et la technologie, laissant l’impression de se balader dans les rues de Tokyo.
En tant que participant représentatif de cet événement, la célèbre Tour 109 de Shibuya, grand magasin qui symbolise la mode de Shibuya et qui connait un énorme succès auprès des japonaises, a été reproduite et accueillera les visiteurs dans un endroit impressionnant. Au Shibuya 109, il sera possible de trouver des marques de vêtements exclusives ainsi que les Purikuras, ces célèbres photomatons japonais.
De même dans l’espace Tsukiji les visiteurs pourront déguster les vraies saveurs du Japon à travers des plats tels que les sushi et les ramen préparés par de grands chefs japonais. Ils également assister à la première performance Vocaloid en Europe ainsi qu’à un spectacle de découpage de thon, des shows de cosplay et à un concours de Lolita. Il y aura aussi de nombreux événements participatifs comme des cours de cuisine et de couture organisés par des célébrités japonaises. Du côté de la scène en plaine air, le public pourra assister à des concerts d’artistes à succès tel qu’Anna TSUCHIYA ou SPYAIR.

© † Parasite Scene † - Kimi

Ce fut ensuite au tour des invités, Kimura Yu, ambassadrice du Tokyo Crazy Kawaii, Ami et Aya du duo fashion music étonnant AMIAYA, Bijo♂Men Z, le premier girlsband masculin qui n'a pas manqué de faire rire les personnes présentes, Julie Watai, la photographe officielle de l'événement et l'icône kawaii qui a vendu plus d’un million d’exemplaires de son livre SAMURAI GIRL et le chef Aoki, le meilleur chef de sushi du Japon qui a gagné deux fois le Top Chef du sushi grâce à sa créativité, sa technique et sa rapidité, de venir se présenter.

Kimura Yu : Bonjour, je m’appelle Kimura Yu. Je suis l’ambassadrice du Tokyo Crazy Kawaii à Paris et je suis également la fille la plus rose de l’univers. J’ai été choisie par le ministère des affaires étrangères pour promouvoir la mode de Harajuku et la mode kawaii dans le monde. La première ville qui j’ai visité dans le cadre de ma mission est Paris et j’ai vraiment senti l’amour que les français portaient pour la culture du Japon et cela m’a fait énormément plaisir. Les vêtements que je porte aujourd’hui sont issus de ma propre marque KokoKim que je vous présente dans l’espace Harajuku. Le concept de cette marque est un mélange de Moe et Harajuku. J’espère pouvoir faire connaitre et aimer encore plus le Japon à travers la mode de Harajuku.

Ami et Aya : Salut Paris ! Nous sommes AMIAYA.
Ami : Je m’appelle Ami.
Aya : Je m’appelle Aya. Nous allons aujourd’hui avoir un concert sur la scène extérieure que vous pourrez apprécier.
Ami : C’est notre premier concert à Paris, nous sommes extrêmement nerveuses mais nous espérons pouvoir vous présenter notre mode musicale.

© † Parasite Scene † - Kimi

Yakkun : Nous sommes les Bijo♂Men Z ! Nous allons faire notre concert sur la scène principale aujourd’hui et nous espérons vous y voir nombreux. (En français) Je suis un homme. (rires) Nous avons inventé un nouveau genre de musique qui n’existait pas jusqu’ici qui est le Unisex Rock.
Natsuki : La thématique de notre groupe c’est les fées. Moi je m’occupe de la guitare.
Iori : Je suis Iori la fée de l’eau et des glaces. (En français) Appelez-moi Iori.
Tohru : (En français) Je m’appelle Tohru. Je suis le marchand de lumière.
Yakkun : Nous sommes venues depuis le Japon et j’espère que vous profiterez avec nous de notre concert. Merci de ne pas me filmer et de bien déposer votre caméra pendant le concert pour bien en profiter. (rires)

Julie Watai : Bonjour ! Je suis Julie Watai la photographe officielle et je suis également chargée de l’iconographie de cet événement. Pendant trois jours dans l’espace Akihabara, vous pourrez retrouver mes photos qui seront exposées.

Pendant que le chef Aoki préparait tranquillement de bons sushi à déguster, les autres invités se sont chargés de répondre aux diverses questions de la presse.

© † Parasite Scene † - Kimi

Quel effet cela vous fait de représenter votre pays chacun dans votre domaine ?
Kimura Yu : Cela va faire quatre ans que je ne suis pas venue à Paris. Avant d’être nommée ambassadrice, j’étais musicienne dans un groupe de punk et je n’étais vraiment pas connue. Quand on m’a dit que j’irai à Paris il y a quatre ans, j’étais vraiment anxieuse en me disant "Personne ne va me connaître ! Comment cela va se passer ?". Mais j’ai été très bien accueillie par des gens qui suivaient mon blog. Les paroles réconfortantes que j’ai reçue à ce moment m’ont vraiment fait plaisir et c’est un grand bonheur de revenir ici parmi vous.
Ami : C'est notre premier live à Paris, on a le cœur qui bat mais on espère pourvoir exprimer au public français notre mélange de mode et de musique sur lequel on travaille.
Aya : On espère que vous saurez apprécier cette musique qu’on aimerait appeler Tokyo POP, et qu’en l’écoutant vous vous direz que c’est vraiment classe.
Yakkun : C’est la première fois que nous venons en France, mais découvrir que nous avons des fans ici alors que nous ne sommes jamais venus nous fait très plaisir. Nous allons faire de notre mieux entre sang et sueur pour pouvoir vous remercier et vous faire profiter du spectacle.
Julie Watai : Il y a deux ans que je ne suis pas venue en France. Il y a énormément d’artistes français que j’apprécie et la France à une grande compréhension de l’art. Je suis heureuse de présenter mes œuvres ici. Tout à l’heure nous parlions de l’utilisation du terme "kawaii". Effectivement c’est un terme qui a plusieurs nuances, on peut le désigner pour une fille ou un objet. Quand les français utilisent ce terme, ils emploient vraiment l’utilisation dans le sens originel japonais et il y a une concordance dans usage par les français de ce terme.

Vous êtes-vous fixé un objectif pour cette première édition ? Combien de visiteurs attendez-vous ?
Ichiya Nakamura : Pour cette première édition, nous souhaiterions tout d’abord voir quel va être l’accueil réservé à cette événement qui est très large, qui va de l’animé à la musique en passant par la mode. Notre but n’est pas de vous imposer la culture japonaise mais de voir comment vous réagissez quand vous être transportés dans cette culture japonaise. Notre but final est que nous puissions continuer à organiser cet événement dans les années à venir.

Qu’est-ce qui vous a marqué en venant à Paris ?
Julie Watai : Ce qui m’a marquée quand je suis arrivé à Paris, c’est de voir beaucoup de galeries notamment celle de La Cité et depuis j’aimerai bien pouvoir exposer mes photos dans une de ces galeries.
Yakkun : C’est de voir La Joconde. (rires) Nous allons chanter aujourd’hui toutes sortes de chansons de dessins animés et nous espérons que le maximum de personnes retiendra notre nom Bijo♂Men Z.
Ami : J’espère que pendant notre concert vous serez vraiment dans l’ambiance et nous allons également offrir une performance de mode. Nous allons nous déshabiller et j’espère que vous pourrez profiter de ce spectacle.
Aya : Nous espérons pouvoir aussi revenir à Paris faire d’autres concerts.
Yakkun : Si vous voulez nous aussi nous pourrons nous déshabiller. (rires)
Kimura Yu : Si vous voulez, moi aussi je pourrai me déshabiller. (rires) Moi,, en tant que créatrice la plus rose du Japon, je suis venue à travers la mode peindre cet espace entier, le monde entier en rose et j’espère que vous aussi vous verrez la vie en rose.

A part Paris dans quels autres pays cet événement se déroulera ? Une seconde édition parisienne dépend-elle de cette première édition ?
Ichiya Nakamura : A travers la promotion de cet événement nous avons eu de nombreuses demandes venant de divers pays tel que l’Asie du Nord Est et la Russie. Nous espérons pouvoir organiser cet événement l’année prochaine dans trois ou quatre pays différents et pouvoir renouveler également cette expérience à Paris dès l’an prochain à la même période ou un peu plus tard.

Nous avons bien compris que le gouvernement japonais participait financièrement donc il y a une vraie stratégie de renvoyer une image mignonne et sympathique du Japon. Est-ce que ce ne serait pas après Fukushima, qui ne s’inclut pas dans cet événement-là ?
Ichiya Nakamura : Il n’y a pas de lien avec Fukushima. C’était un événement terrible, qui a aussi donné lieu à des malentendus et nous souhaiterions vous garantir la sécurité des aliments japonais à travers nos ateliers culinaires et nos dégustations.

© † Parasite Scene † - Kimi

La conférence de presse s'est terminée après 40 minutes de discussion par la dégustation très appréciée de sushi et par une séance photo avec les invités.


Propos recueillis par Sunako-Chan Tatji et Kimi. Remerciements au Tokyo Crazy Kawaii Comittee, les invités et au médias présents lors de cette conférence.


Retrouvez l'intégralité des photos sur la galerie Flickr de Parasite Scene !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire