29 août 2013

Interview avec Shonen Knife

© Shonen Knife


Naoko, Ritsuko et Emi, membres de Shonen Knife, ont secoué pendant plus de 30 ans les scènes de nombreux pays dans le monde et bientôt, c'est en France qu'elles seront de retour pour se produire lors du Tokyo Crazy Kawaii qui se déroulera du 20 au 22 septembre.
A cette occasion, Parasite Scene a eu l'opportunité de poser ses questions à Naoko, chanteuse et guitariste du groupe. Avec franchise et spontanéité, l'artiste a retracé la carrière du groupe, discuté de ses futurs projets et aussi partagé quelques anecdotes.


Bonjour Naoko. Merci d’avoir accepté de répondre à cette interview. Pouvez-vous tout d'abord vous présenter ? 
Bonjour, je suis Naoko, chanteuse et guitariste de Shonen Knife.

Quelle est la signification du nom de votre groupe ?
Un jour, lors d'un examen d'anglais, j'ai vu une personne possédant un petit couteau, utilisé pour tailler les crayons (image) qu'on appelle "shonen knife" en japonais, donc je me suis dit que "shonen knife" était amusant comme nom, et c'est comme ça que j'ai choisi le nom du groupe. Il n'y a pas de sens caché. C'était un nom marrant, et qui a un certain "tranchant" vous ne trouvez pas ?

Comment se déroule la réalisation de vos morceaux ? Qui écrit ? Qui compose ? Quel est le rôle de chaque membre ?
A l'heure actuelle, c'est moi qui me charge de l'écriture et de la composition des chansons. J'enregistre chaque partie de façon simple à la maison, et je les envoie aux autres membres qui, de leur côté, répètent et s'approprient le morceau. Enfin, on se retrouve toutes ensemble en studio et on y fait les arrangements nécessaires.

Qu'est-ce qui vous inspire lorsque vous composez ? Vos paroles sont-elles tirées de moments marquants ou de votre vie quotidienne ?
J'écrie mes paroles avec pour motif des choses amusantes de la vie quotidienne, des trucs mignons, ou simplement quelque chose qui me plaît. Je note un mot-clé, et ensuite je mets mon imagination en marche pour construire des paroles autour de ce thème. Ces derniers temps, j'écris beaucoup en anglais. Ensuite j'appose une mélodie qui agrémente ces paroles. Si c'est la mélodie qui me vient en premier, je la note avec une méthode bien à moi, et ensuite je tente d'y ajouter des paroles.

Quelles sont vos principales influences musicales ?
Les groupes de rock anglais et américains : les Beatles, Buzzcocks, Ramones... Ensuite le hard rock anglais des années 70, le rock américain de la même époque, et aussi la new wave de la fin des années 70, début des années 80.

Vous êtes parvenues à vous faire connaître lorsque vous vous êtes rendues aux Etats-Unis. Pouvez-vous nous relater en quelques mots votre carrière dans ce pays ? Qu’est-ce que cela vous a apporté dans votre carrière ?
Il n'y a pas seulement qu'en Amérique ! En Europe aussi, nous avons fait une tournée qui a été saluée partout dans le monde. Nous avons fait un seul concert en 1989, à Los Angeles, puis quatre concerts dans les grandes villes américaines en 1991. La même année, en novembre, nous faisions une tournée de trois semaines en Angleterre où nous faisions la première partie de Nirvana. Puis nous avons continué notre tournée dans le reste de l'Europe ainsi qu'en Amérique du Nord.
J'ai monté notre groupe car j'étais fan de musique anglaise et américaine, et pouvoir jouer dans ces pays où est né le son qui me passionnait, et en plus, être apprécié par le public, ce fut une expérience exceptionnelle. Mais pour moi, peu m'importe le pays, si les gens apprécient notre musique, c'est tout ce qui compte.

Pourquoi avoir choisi ces pays et pas d'autres ?
Nous n'avons pas vraiment fait le "choix" des pays. Quand il y a un endroit où notre musique est appréciée, nous voulons naturellement nous y rendre.

Avez-vous quelques anecdotes à partager sur votre séjour aux Etats-Unis en particulier ?
Dans les années 90, notre bus est tombé en panne une fois sur l'autoroute, nous avons dû aller jusqu'à la station service la plus proche avec le dépanneur et c'était super loin ! L'Amérique est vraiment gigantesque. Dans les années 2000, on voyageait en van, et on devait couvrir de très longues distances, c'était éreintant. Ah, et puis, les quantités de nourriture sont énormes. Au Japon, ce n'est pas très poli de ne pas finir son assiette, donc je me sentais mal après chaque repas, que je n'arrivais jamais à finir. En plus ce n'est pas comme si on pouvait emporter un doggy bag avec nous pendant la tournée...
Et puis, en Amérique j'ai l'impression que où que l'on aille, les gens sont toujours en train d'écouter de la bonne musique.

Aux Etats-Unis, vous avez obtenu le soutien de plusieurs groupes et artistes de la scène rock alternative américaine, y compris Kurt Cobain de Nirvana. Que représente le groupe Nirvana pour vous ?
La classe ultime !!

Quels sont les autres groupes américains de la scène rock alternative que vous appréciez ?
Je ne sais pas si ils sont vraiment classés dans le rock alternatif, mais des groupes américains des années 90, j'aime beaucoup, entre autres, Dinosaur Jr. et MELVINS.

Parmi eux, y en a-t-il avec lesquels vous souhaiteriez collaborer si l’occasion se présentait ?
Je ne suis pas fan à ce point de rock alternatif, donc une collaboration me semble peu probable. Si je pouvais j'aimerais travailler avec Kiss ou Paul McCartney.

Dans quel état d'esprit vous trouvez-vous à l'idée de vous produire prochainement en France lors du Tokyo Crazy Kawaii ? 
Je suis super contente ! Vraiment, c'est super ! Nous n'avons joué qu'une seule fois dans notre carrière à Paris, donc ça me fait très plaisir de venir à nouveau.
En dehors des concerts, je suis venue une fois aussi en France, à Roland Garros. Entre Tsonga, Monfils, Gasquet et Simon, il y a en France plein de joueurs formidables.

Y a-t-il des pays dans lesquels vous souhaiteriez jouer prochainement ou tout simplement visiter ?
Pour les concerts, si quelqu'un nous fait une proposition, nous sommes prêtes à aller dans n'importe quel pays. Pour moi-même, j'aimerais visiter l'Italie. Nous y sommes allées pour un concert dans les années 90, mais nous n'avons pas eu du tout le temps de faire du tourisme. Ah, et j'aimerais jouer à Okinawa car je n'y suis jamais allée.

Quels sont vos futurs projets ?
Nous sommes en tournée dans toute l'Europe pour le mois de septembre. Ensuite une fois rentrées, nous allons entamer une phase de création et d'enregistrement de nouvelles chansons en novembre. La sortie de l'album est prévu pour le printemps prochain, et nous enchaînerons sur une tournée en Europe, au Japon, en Amérique du Nord et en Australie.

Merci beaucoup de nous avoir accordé du temps. Pouvez-vous laisser un petit message pour les lecteurs de Parasite Scene ?
Nous mettons toute notre énergie créative dans notre musique afin d'apporter du fun dans votre quotidien. J'espère que vous serez de plus en plus nombreux à nous écouter. Et surtout, venez nous voir sur scène, je vous promets que vous passerez un super moment et vous en sortirez avec une pêche comme vous n'en avez jamais eu ! Let's ROCK !!!


Merci à Naoko et à Charlotte Naudin pour avoir rendu cette interview possible.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire