13 juin 2013

Conférence de presse d'ASIAN KUNG-FU GENERATION au Bataclan


© † Parasite Scene † - Kimi


ASIAN KUNG-FU GENERATION, groupe de rock mythique venu du Japon, connu pour ses nombreux génériques d'animes qu'il a interprété, dont Rewrite (opening de Full Metal Alchemist), était présent ce 2 juin 2013 pour un concert exclusif au Bataclan dans le cadre de sa première tournée européenne composée de trois dates.
Dans une salle encore vide, le groupe a tenu une conférence de presse devant une dizaine de médias. Malgré que Gotoh ai eu une extinction de voix à cause d'un rhume survenu quelques jours auparavant, le chanteur a su, à notre grand soulagement, la préserver pour répondre à nos questions et discuter de sa carrière, de la tournée et du problème nucléaire qui a entre autres incité le groupe à créer son journal The Future Times.

© † Parasite Scene † - Kimi

Média (Japan Addiction) : Vous avez connu différentes phases musicales dans votre carrière; d'abord punk-rock avant de vous tourner vers un style plus aérien, pop et expérimental. Pensez-vous encore pouvoir faire évoluer votre style et si oui, vers quoi ?
Masafumi Gotoh : A vrai dire, nous ne savons pas encore exactement quelle évolution subira notre style avec le prochain album.

Média (JapanFM) : Parmi les nombreux concerts que vous avez fait, est-ce que vous gardez un souvenir particulier ? Quel est le meilleur souvenir de vos concerts ou de vos tournages au cours de votre carrière ?
Kiyoshi Ijichi : La scène principale du Fujirock. Et cette tournée européenne.
Kensuke Kita : Le Fujirock également, mais plutôt au début de notre carrière, quand nous avons joué sur une petite scène au milieu de la nuit. Nous nous inquiétions du fait qu'il n'y ait pas beaucoup de monde mais finalement, beaucoup de personnes sont venues. C'est un très beau souvenir.
Takahiro Yamada : Mon meilleur souvenir est notre premier concert solo. A chaque fois que nous entendions que la vente des billets était bonne, l'excitation montait de plus en plus. Je m'en souviens comme si c'était hier.
Masafumi Gotoh : En 2005, nous avons effectué la première partie de Oasis au Japon, dans une salle d'environ 10 000 personnes. Oasis est un groupe mythique pour nous. Ce fut une expérience excitante et émouvante.

© † Parasite Scene † - Kimi

Média (Journal du Japon) : Etant donné que votre musique a beaucoup évolué, qu'est-ce qui vous donne aujourd'hui l'envie de faire de la musique ?
Masafumi Gotoh : Il est difficile d'exprimer juste en amont car il y a beaucoup de raisons pour lesquelles nous faisons de la musique. Evidemment, quand nous étions ados, c'était plutôt pour tuer l'ennui ou pour calmer notre colère. C'était la base de notre motivation. Puis, plus nous avons vieilli, plus nous avons cherché une harmonie dans notre groupe et une certaine beauté dans notre musique. La musique d'ASIAN KUNG-FU GENERATION a évolué avec cette recherche d'harmonie mais aussi en essayant de produire un son rock à la japonaise. Quel est notre style ? Quelle est notre identité ? Notre nationalité ? Voilà ce que l'on recherche dans notre musique, notre art... Nous pensons aussi à notre pays.

Média (Ongaku Dojo) : Le concert de ce soir sera complet. Imaginiez-vous être si populaires en France ?
Masafumi Gotoh : Non... (rires) C'est vraiment incroyable !

Média (AKG Fragments) : Vous utilisez de plus en plus Internet pour diffuser en direct vos concerts dans le monde entier. Est-ce une pratique qui vous tient à cœur et que vous souhaitez développer ?
Masafumi Gotoh : Effectivement, Internet est un outil très important puisque par exemple pour le public étranger il est souvent impossible d'amener le "vrai show" que nous faisons au Japon dans une salle de 20 000 personnes, le décor, la scène, etc... Nous ne pouvons pas tout emporter en Europe. Comment alors partager ce moment avec les étrangers qui ne peuvent pas venir jusqu'au Japon ? Ainsi nous avons choisi Internet. C'est très important pour nous de développer ce côté pour favoriser la diffusion et le partage avec les étrangers.

Média (Japan Bar) : Qu'a déclenché en vous la catastrophe nucléaire de Fukushima pour avoir créé le journal gratuit The Future Times et le festival No Nukes avec une scène alimentée en énergie solaire ?
Masafumi Gotoh : J'éprouve un certain regret aujourd'hui. Car même avant la catastrophe nucléaire, j'avais commencé à chercher des informations sur les centrales nucléaires et le recyclage de leurs déchets qui sont très imposants et dangereux. Nous savions très bien ce qu'il se passait avant la catastrophe. Mais au Japon, il y a une forte pression autour de ce sujet. Je n'ai pas pu effectuer mes actions avant, ce que je regrette car si j'avais agi à ce moment-là, les choses se seraient peut-être passées différemment ou que certains auraient vraiment pris conscience de l'ampleur de la situation. Ce regret est finalement devenu une motivation pour mener à bien mes actions.

Média (Orient Extreme) : L'illustrateur Nakamura Yusuke semble indissociable de l'identité du groupe. Le considérez-vous comme un membre du groupe ? Le groupe pourrait-il exister sans lui ?
Masafumi Gotoh : Effectivement, nous le considérons comme le cinquième membre du groupe et il va continuer à faire ses dessins pour le groupe jusqu'à la mort. C'est sûr et certain ! Nous souhaitions qu'il nous accompagne et apporter une chaise supplémentaire pour lui mais il est têtu comme un âne. (rires) C'est un risque pour notre popularité mais nous n'avons pas pu l'amener, désolé.

Média (Gaming Spirit) : Quelle est parmi toutes vos chansons celle qui représente le mieux l'esprit d'ASIAN KUNG-FU GENERATION ?
[Tous les membres se mettent à rire. Gotoh, ne sachant quoi répondre, prend l'un des exemplaires d'un nouveau CD se trouvant sur la table, cherchant un titre à proposer.]
Masafumi Gotoh : C'est assez difficile de répondre... (rires) [Gotoh hésite longuement.] Il faudra voir avec le prochain album. Je vous répondrai la prochaine fois.

© † Parasite Scene † - Kimi

Média (Asia is One) : Maintenant que vous êtes en France, quel est votre état d'esprit ?
Kiyoshi Ijichi : Nous venons de Londres. [NDLR : Londres était la première date de la tournée.] Par rapport à Londres, ici on mange bien.
Kensuke Kita : Que ce soit les rues ou les bâtiments, tout est joli. C'est vraiment impressionnant !
Takahiro Yamada : J'ai visité quelques monuments historiques à Paris et tout était impressionnant et plus grand que je le pensais. J'aimerai rester un peu plus longtemps à Paris.
Masafumi Gotoh : A travers tous ces jolis endroits à Paris, les bâtiments, les monuments historiques, on ressent la culture et l'histoire dont les français doivent être fiers. A Tokyo, il n'y a pas longtemps, ils ont rénové la gare. Au Japon, souvent, ils détruisent pour reconstruire et rénover. C'est un peu dommage.

© † Parasite Scene † - Kimi

Média (Play of Medley) : Pour rebondir sur la question concernant vos engagements contre le nucléaire, est-ce difficile de les concilier avec votre forte popularité ou est-ce que c'est plutôt un devoir d'être engagé en tant que groupe pour faire passer un message à la jeunesse ?
Masafumi Gotoh : En effet, pour nous c'est un devoir de faire passer un message mais en réalité il y a beaucoup de gens célèbres, des artistes ou des acteurs qui ne parlent pas à cause de la pression. Par rapport à la société occidentale, au Japon, être engagé est quelque chose de risqué qu'il vaut mieux éviter. Mais en tant que japonais, pour moi c'est quelque chose qu'il faut faire sans honte ni culpabilité. J'espère qu'au Japon, on pourra s'ouvrir un peu plus vers cet état d'esprit à travers différents plans d'action.
Mais en ce qui concerne ces personnalités qui ne disent rien, cela ne signifie pas pour autant qu'elles ne pensent à rien mais plutôt parce qu'ils ont peur vis-à-vis de leur sponsor et parce que cela pourrait remettre en cause leur contrat. ASIAN KUNG-FU GENERATION est lui, un groupe indépendant. Notre journal, c'est nous-même qui le finançons. Le groupe est autonome et nous souhaitons pouvoir continuer à nous exprimer de cette façon.


Pour clôturer la conférence, une session photos a eu lieu au pied de la scène du Bataclan. Il a également été annoncé la sortie prochaine d'un nouveau Best-of, prévu pour la fin du mois de juin.

© † Parasite Scene † - Kimi


Remerciements à Bishi-Bishi, ASIAN KUNG-FU GENERATION et aux médias qui ont assisté à la conférence de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire