20 février 2013

Taiwan Music Night le 30 janvier 2013 au Trianon (Paris)





Ce 30 janvier 2013, la Taiwan Music Night était de retour dans la capitale française avec en exclusivité trois icônes de la scène musicale Taiwanaise : Jolin Tsai, reine de la C-pop aux 20 millions d'albums vendus, William Wei, révélation folk-pop de l'année 2011, et Salamander, duo électro ayant débuté en 2007. Implanté cette fois au Trianon, soit pratiquement le double du Divan du Monde, là où se déroulait la précédente et première Taiwan Music Night en 2012, les personnes venues assister à l'évènement sont assez nombreuses, bien que parmi elles on compte beaucoup d'étrangers, avec une majorité de chinois, venus soutenir les artistes (et il en est de même du côté des médias présents).

Les spectateurs tranquillement installés dans leur fauteuil, le show démarre d'abord par une courte première partie avec une jeune chanteuse que l'on ne nous a pas présenté, venue interpréter deux titres pop/R'n'B pour mettre en appétit.

Armé de sa guitare acoustique et accompagné de ses musiciens, William Wei est ensuite le premier artiste à se présenter sur scène. Le show démarre alors en douceur avec des ballades apaisantes. Le public est attentif et les demoiselles sont charmées par le timbre de voix du chanteur. L'artiste joue et chante avec grâce, enchaînant les titres tantôt en mandarin, tantôt en anglais. S'il préfère garder une attitude discrète en se contentant de rester à jouer derrière son micro, William Wei sait surprendre lorsqu'il élève la voix. Les titres comme One More Try et Háishì huì font ressortir les talents et le style accrocheur de cette révélation folk-pop.

William Wei s'offre également quelques minutes pour se présenter et remercier le public de sa présence, en parlant parfois en anglais pour faciliter la communication avec les spectateurs français (hélas, pas de traducteur pour nous aider à comprendre les mots en mandarin). Après environ 45 minutes de performance, le musicien termine par des titres plus vifs pour garder le public chaud et le préparer pour ce qui va suivre.

© † Parasite Scene † - Kimi

Pendant une courte pause, le staff s'empresse d'installer au centre de la scène les platines, nous laissant deviner les prochains sur la liste. C'est donc au tour de Salamander de faire son apparition. Lui, a un look décontracté avec un sweat et adopte une attitude discrète sous sa capuche, excepté lorsqu'il prend le micro. Elle, est élégante avec une jolie robe noire de soirée et des talons.

© † Parasite Scene † - Kimi

Aussitôt, les deux DJ font entendre leur son électro, marquant un changement radical d'ambiance. Très vite, ils enflamment la scène et transforment la salle en dance floor, certaines personnes dans le public n'hésitant pas à se lever pour danser. Les mixes et les effets digitaux tiennent la route auxquels s'ajoute de temps en temps la voix autotunée de DJ Phoenix.

Ceci dit, pour ce style de musique, très appréciable en discothèque, dans le contexte actuel, le show s'avère un peu trop long, lassant et sans grandes surprises, certaines pistes étant parfois répétitives bien que dynamiques. Mais on apprécie tout de même le dernier titre, qui n'est autre qu'un remix du titre Mi Huan de Jolin Tsai. Une bonne transition avant l'arrivée de la chanteuse.

© † Parasite Scene † - Kimi

On la surnomme la "Madonna de la C-Pop". Jolin Tsai, est la dernière artiste à monter sur scène, pour le plus grand plaisir de ses fans qui n'hésitent pas à se lever et à quitter leur siège pour se rapprocher de la scène. Il va sans dire que la reine de la C-Pop est la personnalité la plus attendue de la soirée. Avant son arrivée, les appels fusent des quatre coins de la salle. Jolin Tsai démarre alors en trombe avec le titre The Great Artist, extrait du dernier album Muse, accompagnée de ses danseurs.

Pour sa première fois en France, l'artiste marque sans problèmes les esprits. Elle s'impose non seulement comme l'icône de la soirée, mais confirme aussi rapidement son statut de reine de la pop asiatique. Dans sa tenue pétillante, la chanteuse use d'un charme et d'une présence impressionnante pour offrir une performance plus que convaincante. Même si le décor et la mise en scène n'y sont pas, le show est assuré, avec des pas de danse rythmés et une voix qui ne manque pas d'en séduire plus d'un (et une ?). Jolin choisit les meilleurs titres de son répertoire, tels que Beast, Mi Huan, Wǔ niang pour terminier par Dr. Jolin.

Hélas, cette performance semble être jugée trop courte, si bien que le public réclame un rappel une fois que l'artiste quitte la scène. Malheureusement les appels ne sont pas entendus mais que les fans se rassurent ; Eric de Fontenay qui, une fois le show terminé, vient remercier le public pour son enthousiasme et sa fidélité, fait immédiatement la promesse de faire revenir Taiwan dans notre pays pour un évènement encore plus grand encore. Sans oublier bien sûr que Jolin Tsai a elle-même annoncée qu'elle reviendrait pour un concert solo. Donc, à l'année prochaine !

© † Parasite Scene † - Kimi

Pendant presque trois heures de show, le Trianon tout entier a vibré au son de la musique Taiwanaise, en passant par différents styles. Avec un line-up intéressant, le concert s'est terminé sur de bonnes notes, montrant les véritables couleurs de Taïwan, bien que la salle n'ait pas été comble. On attend avec impatience le prochain évènement de ce type, tout en espérant cependant à ne pas avoir à attendre un an encore une fois avant de revoir Taiwan débarquer chez nous et que d'autres artistes de ce pays saisiront la chance de venir se produire sur le sol français pour y présenter leurs couleurs et leurs univers.

© † Parasite Scene † - Kimi

Live report par Kimi et Sunako-Chan Tatji.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire