3 décembre 2012

Interview avec BLACK LINE

© BLACK LINE


A l'occasion de sa première tournée européenne qui démarrera le 8 décembre, † Parasite Scene † a eu l'opportunité d'interroger BLACK LINE sur sa musique, ses influences et sur cette tournée tant attendue par les fans européens. C'est dans la joie, la bonne humeur, et aussi l'humour, que le groupe a accepté de répondre à nos questions.


Pour commencer, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?
Nous sommes BLACK LINE ! Cela signifie deux choses, la ligne noire et la route noire. C’est quelque chose d’unique au monde à nos yeux ! Et nous souhaitons être tout aussi uniques dans la scène musicale actuelle.

Comment vous est venue l'envie de vouloir faire de la musique ?
C’était The Beatles particulièrement John Lennon qui nous a donné envie de faire de la musique. Et pour le coté V-Rock, c’est Marilyn Manson qui a déclenché notre passion pour cet univers.

Parlez-nous de votre rencontre et de la création du groupe ? Quel est son concept ?
Celui qui règne en maître sur la terre glacée de l’extrême Nord, Mikaru. Le Prince du glorieux et prospère pays de l’Est, Syu. La balle du fusil d’un bandit, en provenance des dangereuses terres sauvages de l’Ouest, Jun. Le millionnaire d’une grande ville du Sud perdue entre le désert et la mer, Yudai. Quatre personnes hors du commun réunies par le destin !

Quelles sont vos influences musicales ? Qu'est-ce qui vous inspire lorsque vous composez ?
Peu importe les genres et styles musicaux, ce que nous aimons, c’est la musique romantique, exotique et dramatique. C’est dans la vie de tous les jours que nous trouvons notre inspiration.

Votre premier CD, "LEGNA", est sorti presque un an après vos débuts. Pourquoi tant de temps ? Pouvez-vous nous expliquer votre parcours durant cette période ?
C’est un peu comme un nouveau-né qui commence enfin à pouvoir se mettre debout tout seul. Cela prends du temps, et comme vous pouvez le comprendre, cela représente une année de travail.

Mikaru et Syu, vous avez précédemment fait partie du groupe Dio. Pensez-vous que les fans de Dio peuvent aussi apprécier la musique de BLACK LINE ? Pourquoi ?
Nous pensons bien entendu que la musique de BLACK LINE plaira aux fans de Dio. Pourquoi ? C’est évident ! Mikaru chante bien et Syu joue toujours de la batterie à ses côtés !

C'est la première tournée européenne pour BLACK LINE. Etes-vous impatients de jouer devant vos fans étrangers ou au contraire éprouvez-vous une certaine appréhension ?
On n’a aucune appréhension ! Mais si on doit donner un petit bémol, ce serait qu’on n’aura pas beaucoup de day-off et qu’on ne pourra pas tout le temps boire. (rires) En tout cas, nous avons tous hâte ! Et nous attendons impatiemment de plonger dans le public !

Comment expliquez-vous votre rapide succès en Europe avec si peu de sorties rien qu'au Japon ?
Nous pensons que c’est grâce à nos fans qui nous acceptent, qui nous aiment et qui nous attendent impatiemment. Et nous vous en sommes très reconnaissants ! Nous avons envie de vous prendre dans nos bras un par un !

Comment pourriez-vous convaincre les européens d'assister à vos performances ?
Si vous ne venez pas à nos concerts... On s’en prendra à vous durant votre sommeil ! (rires)

Mikaru et Syu, vous avez déjà joué en Europe en tant que membres de Dio, trouvez-vous le public européen différent du public japonais ? Qu'est-ce qui vous a le plus surpris la première fois ?
Le public est vraiment différent entre le Japon et l’Europe. Le public Européen nous motive vraiment par ses cris et sa passion folle ! Avec les concerts en Europe, il y a toujours plein de découvertes inattendues et on adore ça.

En revanche, Yudai et Jun, qu'attendez-vous en particulier de ce "nouveau" public que vous allez rencontrer ?
Nous éprouvons ce sentiment... avec le cœur battant à mille à l’heure. On est dans le même état que lorsqu’on s’est rencontré avec les autres membres de BLACK LINE. Et justement c’est exactement le même sentiment que l’on ressent à l’idée de rencontrer les BLACKERS Européens ! S’il n’y avait pas les quatre membres, le groupe n’aurait pas existé. C’est la même chose pour cette tournée Européenne, s’il n’y avait pas de BLACKERS, il n’y aurait pas de succès possible pour cette tournée. Faisons ensemble de ce HELLO WORLD BLACKERS Tour la meilleure tournée Rock que le monde ai jamais connu !

Y a-t-il d'autres pays dans lesquels vous souhaiteriez jouer prochainement ? De même y en a-t-il que vous aimeriez simplement visiter ?
L’Italie, l’Espagne, l’Angleterre, la Belgique, la Suisse... En tout cas il y a plein de pays dans lesquels on aimerait jouer et qu’on aimerait visiter ! Et par la même occasion y découvrir de bons plats locaux ! Pour cette fois, on ne sait pas si on aura le temps de visiter... Mais si c’est possible, on aimerait bien faire un tour.

Si vous deviez qualifier la France en un mot, lequel serait-il ?
Beauté.

Votre prochain single "BEAUTY & THE DEVIL" sortira le 19 décembre. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce disque ?
Tout est dans le titre. Il y a de la beauté à l’intérieur malgré l’apparence diabolique. Encore plus que LEGNA notre premier single, il y a beaucoup de choses de dîtes dans ce single. Vous allez voir !

Quels sont vos projets pour l'avenir ?
On aimerait bien revenir tourner en Europe pour tous nos fans ! Et pour trouver de jolies femmes. (rires) Désormais, on va élargir notre activité autant au Japon que dans le reste du monde !

Merci pour nous avoir accordé du temps en répondant à cette interview ! Un petit message pour vos fans français ?
On est très contents de pouvoir vous retrouver et on sera encore plus heureux si vous pouvez revenir nous voir jouer ! Faisons ensemble de ces concerts les meilleures soirées possibles, avec nous, BLACK LINE !! Inutile de s’habiller, pas besoin de robe. (rires) Passons une nuit de folie ! Et vivez la folie avec BLACK LINE !

Merci beaucoup BLACK LINE, nous vous souhaitons d'avance d'excellents concerts (Mesdemoiselles, pensez quand même à la robe) !


Merci à Charlotte Naudin (Torpedo Productions) pour avoir rendu cette interview possible.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire