26 juillet 2012

Japan Expo 13ème Impact le 5 juillet 2012 au Parc d'Expositions (Villepinte)

© † Parasite Scene † - Kimi


Jeudi 5 juillet 2012, la treizième édition de Japan Expo ouvrait ses portes à ses visiteurs et ce, pendant quatre jours riches en activités variées. Si on avait l'habitude que cette première journée soit la plus creuse comparée à celle du Samedi, noire de monde, il en est autrement pour cette année. En effet, les visiteurs sont nombreux et il en devient presque difficile de circuler dans le salon. Par conséquent, les fans se présentent en masse aux portes de la J.E. Live House, l'endroit où se tiennent les concerts du festival.

Pour ce premier jour, le programme est fait pour plaire à tout le monde ! Visual kei, J-Rock, J-Pop... Même les adeptes de génériques d'animes trouveront leur bonheur avec la présence de Kohei TANAKA, connu pour avoir composé de nombreux OST d'animes célèbres.

Mais d'abord, place aux musiciens aux coiffures extravagantes et au visuel excentrique. Le groupe qui ouvre le bal n'est autre que DaizyStripper.


DaizyStripper

Les adeptes de Visual Kei sont au rendez-vous pour accueillir avec joie la formation pour qui il s'agit de son premier concert en France. Les membres entrent chacun leur tour en scène et saluent rapidement le public avant de rejoindre leurs places respectives. Le concert débute alors aussitôt avec Setsubou no Freesia.

© † Parasite Scene † - Kimi

Les morceaux son assez dynamiques et énergiques. Le groupe se donne à fond et le public pris dans l'ambiance n'hésite pas à suivre en sautant et en enchaînant les headbang. Le seul problème, qui sera d'ailleurs assez récurrent pendant les 4 jours du festival, est le son maladroitement réglé et qui ressort fort et parfois brouillé. Cela dit, la balance est plutôt correcte en globalité et aucun instrument n'est mis en avant plus qu'un autre. Autant les pistes lourdes et entreprenantes comme tanshoku no yume, que les ballades rock tels que Brilliant Days s'apprécient en live.

© † Parasite Scene † - Kimi

DaizyStripper n'a pas de grandes difficultés à satisfaire le public français. En effet, le groupe gratifie ses fans d'une performance renversante. Yuugiri impressionne par son chant assez aigu et clair et s'impose comme le meneur, multipliant les aller-retours le long de la scène et agitant le bras pour inciter la foule à particpier. Les autres membres sont aussi présents et unis. Mayu, la clope au bec au début du showcase, enchaîne et échange les solos avec le second guitariste Nao. Pendant l'un d'eux, ils s'approchent et se placent dos à dos au milieu de la scène, dévoilant un jeu de guitare maîtrisé. Le bassiste Rei préfère quant à lui jouer sérieusement et avec un peu plus de discrétion mais en profite aussi pour s'avancer au bord de la scène afin que le public puisse aussi profiter de lui. Kazami a l'inconvénient d'être placé au fond derrière sa batterie mais joue avec autant d'entrain que ses compères. Petits plus qui fera hurler de plus belle les demoiselles yaoistes ; un baiser échangé entre Yuugiri et Nao !

© † Parasite Scene † - Kimi

Le groupe en profite pour s'offrir un petit tête-à-tête avec le public le temps d'échanger quelques mots en français et en japonais. DaizyStripper et son armada s'unissent ensuite une dernière fois le temps d'interpréter Stay Gold avant que les cinq musiciens quittent la scène. Ce n'est cependant qu'un au revoir puisque le groupe reviendra le dimanche 8 juillet pour un nouveau showcase.


SET LIST

Setsubou no Freesia
tanshoku no yume
Sunday Driver
tsuki ni juusei
Brilliant Days
sousei no aquarion
KISS YOU
Stay Gold


MAN WITH A MISSION

Après un show plutôt convaincant de la part de DaizyStripper, c’est au tour des loups de MAN WITH A MISSION d’entrer en scène. Depuis l'annonce de sa présence au festival, ce groupe est sans doute celui qui a attiré le plus de regards sur lui, au point de faire regretter les personnes qui ne pouvaient pas se présenter au salon le jeudi, jour de l'unique showcase de la formation. Et on comprend pourquoi. Avec une musique rock qui donne la pêche, parfois teintée de rap et de morceaux mixés, sans oublier les masques de loups porté par les musiciens, faisant ainsi leur marque de fabrique, MAN WITH A MISSION avait toutes les cartes en mains pour conquérir le public français.

© † Parasite Scene † - Kimi

Cela se confirme quand les fans commencent à "faire le loup" pour accueillir la formation. Les loups sont prêts à rugir et à faire rugir. Sans plus attendre, MAN WITH A MISSION débute avec DON’T LOSE YOURSELF, extrait du premier single indie. Un démarrage plutôt "en douceur" (façon de parler) quand on compare au titre qui suit : WELCOME TO THE NEW WORLD. Tout de suite, le son est plus lourd et les riffs plus imposants.

Malgré le fait de porter des masques (dont une partie est retirée pour TOKYO TANAKA, KAMIKAZE BOY et JEAN-KEN JOHNNY leur permettant ainsi de pouvoir chanter), les hommes-loups sont sur-excités. TOKYO TANAKA saute et danse énergiquement, SANTA MONICA quitte de temps en temps ses platines pour le rejoindre et en faire autant au milieu de la scène. JEAN-KEN JOHNNY et KAMIKAZE BOY font vibrer sauvagement les cordes de leur guitare et de leur basse, ce dernier faisant en plus semblant de mordre son instrument. Il en est de même du côté du public. Rapidement conquis et emporté dans l’ambiance du concert, celui-ci danse, saute, agite les bras et acclame toujours plus fort le groupe à la fin de chaque morceau.

© † Parasite Scene † - Kimi

Les titres s'avèrent plus dévastateurs une fois joués en live. Les plus marquants restent sans doute FLY AGAIN accompagnée d'une petite danse que le public s'empresse de reproduire, DANCE EVERYBODY où le groupe s'est armé de serviettes pour les faire tourner, malheureusement peu de fans en possédaient et il a fallu faire avec les moyens du bord, et la reprise de Smells Like Teen Spirit de Nirvana avec bien sûr la petite touche MAN WIT A MISSION dont le résultat est plus que convaincant. Le groupe et le public sont déchaînés, sautant en rythme.

Le seul point regrettable de cette performance reste sa longueur. Le showcase semble être passé à une vitesse éclair et le public espérait le voir durer quelques minutes de plus. Néanmoins, il s'est avéré très surprenant et convaincant. Pari réussi pour nos hommes-loups ! Ayant pris autant de plaisir à jouer, TOKYO TANAKA remercie le public pour sa fidélité et son enthousiasme en certifiant que le groupe reviendra bientôt. Nous attendons déjà leur retour dans nos contrées dans le cadre d'une tournée européenne. C'est en faisant une nouvelle fois "le loup" que les fans saluent le groupe qui libère la scène pour les artistes suivants.


SET LIST

DON’T LOSE YOURSELF
WELCOME TO THE NEW WORLD
WABI.SABI.WASABI
Smells Like Teen Spirit
FLY AGAIN
DANCE EVERYBODY
Get Off of My Way
distance


Kohei TANAKA & Junko IWAO

Après l'énorme tempête provoquée par MAN WITH A MISSION et un vidage de salle, Kohei TANAKA arrive au bon moment pour calmer les apaiser les âmes, accompagné de deux musiciens, respectivement à la contrebasse et à la batterie/guitare acoustique. Derrière son synthétiseur, c'est dans une ambiance douce et reposante que le compositeur nous fait redécouvrir les grands classiques qui ont donné vie à nos animes préférés devant un public attentif. We Are !, opening de One Piece, ou encore des morceaux sortis tout droit de Gundam ou de Sakura Wars, des titres à la fois marquants et nostalgiques défilent et le public n'hésite pas à accompagner l'artiste pendant les choeurs et à applaudir à chaque fin de chanson.

© † Parasite Scene † - Kimi

Il est de temps en temps rejoint par Junko IWAO qui apporte une touche d'harmonie grâce à sa voix aiguë et angélique. On reconnaît immédiatement ses capacités vocales lorsqu'elle vient interpréter Zankoku na Tenshi no These, célèbre générique de Neon Genesis Evangelion. Vêtue dans une splendide robe à paillettes et adoptant une attitude gracieuse avec un large sourire, la chanteuse attire vite tous les regards sur elle dès qu'elle se présente sur scène. C'est d'ailleurs à ces moments-là que l'on s'aperçoit que Kohei TANAKA est plutôt en retrait sur le côté. Lorsque Junko IWAO repart en coulisses, on constate le vide au centre de la scène. Placer Kohei et son instrument plus au milieu et en évitant de faire de l'ombre au musicien derrière lui aurait été plus judicieux.

Au final, un showcase admirable mais peut-être un peu anesthésiant, les morceaux interprétés manquant parfois de vivacité. Cela dit, le public semblait plutôt satisfait de cette performance.


Momoiro Clover Z

Pour terminer cette première journée en beauté, rien de mieux que des Idols. Alors que pour DaizyStripper le public se composait plutôt d'adolescentes avec une partie au cri perçant, cette fois, pour Momoiro Clover Z, ce sont en majorité des trentenaires sur-excités qui ont la parole et qui n'hésitent pas à montrer leur impatience en hurlant et appelant les membres par leurs noms. Ces derniers n'ont pas non plus oublié les lighsticks, les bandeaux et les éventails. Le girlsband, qui a déjà donné un premier showcase sur la Scène Principale, est donc aussi très attendu.

C'est étrangement avec l'hymne française que Reni, Shiori, Momoka, Ayaka et Kanako entrent en piste toutes ensemble devant un public déjà chaud bouillant. Chacune est représentée par une couleur dans son costume digne de super-héroïne, rappelant ceux des Power Rangers. Le coup d'envoie est donné par Contradiction, faisant immédiatement plonger le public dans l'ambiance des concerts d'Idols. Les jeunes filles enchaînent les pistes joyeuses et vives avec des chorégraphies plutôt enfantines, mais très physiques (ce n'est pas la sueur sur leur front au bout de quatre chansons qui dira le contraire).

© † Parasite Scene † - Kimi

Le sourire aux lèvres, les demoiselles s'offrent un tête à tête avec leurs fans le temps de se présenter tout en faisant les gestes caractéristiques du groupe avant de finir par une sorte de cri de guerre. Et c'est dans ces moments comme celui-ci qu'ont sent la proximité entre les fans et le girlsband qui n'hésitent pas a communiquer et à rire ensemble. Kanako sera en plus surprise de voir le public lui souhaiter un joyeux anniversaire en avance, ce qui finit par la toucher.

Le show est enrichi par les chorégraphies et l'enthousiasme dont font part les jeunes filles. Les fans n'hésitent pas à reproduire certains pas tout en agitant leur bâton lumineux. Le showcase s'est tenu dans la joie et la bonne humeur, mais malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin. Momoiro Clover Z clôture son show et cette première journée à la J.E. Live House avec Momoclo no Nippon Banzai.


SET LIST

Contradiction
Pinky Jones
D'no junjou
Lost Child
Mugen no Ai
Roudou Sanka
Chai Maxx
Momoclo no Nippon Banzai


Live report rédigé avec le support de Sunako-Chan Tatji.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire