3 avril 2012

Megaromania le 16 mars 2012 à la Scène Bastille (Paris)

© Astan




Ce 16 mars 2012, la Scène Bastille de Paris s'apprête à accueillir pour la première fois le groupe de visual kei Megaromania, date qui représente le coup d'envoi de sa tournée européenne qui passe par la France, l'Allemagne et les Pays-Bas. Une petite tournée où se rassemblent, concernant la date parisienne, une petite communauté de fans. Par conséquent, la salle se remplit rapidement, malgré le retard engendré par des soucis de timing et d'organisation.

Environ une trentaine de personnes patientent. 30 personnes, certes, mais 30 personnes qui se montreront réceptives ; des fans. La petite scène, sans éléments particuliers, laissent apercevoir les instruments déjà installés, et bien que celle-ci soit basse, même les personnes les plus éloignées pourront avoir une vue agréable. Quand les cinq membres, Yushi, Hyoga, Chikage, Misery et Sui, entrent chacun leur tour en scène, ils sont accueillis par des hurlements avant de démarrer avec AURORA-destinies of world-.

Immédiatement le groupe met son public dans l'ambiance avec des titres aux sonorités métal. Le chanteur headbangue énergiquement et le public ne tarde pas à suivre le mouvement. Bien qu'ils soient peu innovants et typiques du style visual kei, les morceaux de la formation possèdent la force de faire bouger et hurler la foule. La présence du groupe y est également pour quelque chose. Gestes gracieux et regards profonds, surtout de la part de Sui et Misery, les cinq musiciens offre une performance étonnante.

Une performance pas toujours agréable à regarder et ce sont bien là les principaux défauts de ce concert. Il y a d'abord la superficie de la scène peu avantageuse pour le groupe composé de cinq membres. Mais il y a surtout l'éclairage et les jeux de lumières qui laissent à désirer. Misery passe la majeure partie du temps à jouer dans l'ombre contrairement au chanteur qui est lui trop éclairé. Un point négatif assez primordial quand le visuel du groupe est assez important et original.

Malgré cela, le groupe fait preuve de beaucoup d'enthousiasme et profitent de plusieurs MC pour discuter avec les fans, et aussi pour les chauffer encore plus. Sui pousse dès qu'il en a l'occasion des "Calling me ! Calling us !". Les membres n'hésitent pas à échanger leur place et à s'approcher des premiers rangs sans craindre le contact physique, au contraire ! C'est régulièrement que Sui, Misery, Chikage et Hyoga viennent se pencher sur la première rangée de fans. Enfin le chanteur s'offre un moment de gloire en se lançant dans un solo acapella pendant Reincarnation qui montre un bonne maîtrise de ses capacités vocales même si quelques fausses notes réussissent à se faire entendre.

Concernant la set list, qui n'a heureusement pas été raccourcie malgré les retards occasionnés, se compose d'une quinzaine de chansons, avec des anciennes et des plus récentes et dont une partie figure aussi sur The Birth of Creation, CD vendu uniquement à l'occasion de la tournée. Une set list rythmée avec des titres lourds qui mettent les fans en transe. Mais c'est surtout pendant Sabbath et APOCALYPSE que le groupe fait régner l'orage et la tempête avant de quitter la scène, laissant le public à genoux.

Fatigue ou manque de motivation ; les fans ne semblent pas vouloir rappeler le groupe aussitôt à part quelques uns qui poussent des "encore". Si bien que le staff vient rapidement se présenter sur scène pour demander au public s'il souhaite réellement un rappel. Le public se réveille finalement et rappelle de vive voix le groupe qui ne tarde pas à revenir.

C'est pendant le rappel, composé de Oath-cross of eternity- et THE END OF VENGEANCE que l'ambiance monte d'un cran jusqu'à atteindre son apogée. Megaromania possède encore de l'énergie à revendre et n'hésite pas à se donner à fond plus que jamais. Les titres sont rallongés pour l'occasion et la fosse s'enflamme une dernière fois. Le groupe y invite même quelques personnes volontaires à monter à leurs cotés sur scène. Une partie de plaisir qui touche malheureusement à sa fin, bien que musiciens et fans auraient aimé que cela dure un peu plus longtemps. C'est sur de nombreux remerciements et poignées de mains que le groupe salue son public avant de quitter définitivement la scène.

Un très bon concert dont on peut ressortir agréablement surpris si on ne connaissait pas encore le groupe avant de le découvrir sur scène. Megaromania s'est facilement adapté aux conditions pas toujours favorables du live et a pu offrir une performance remarquable. Par ce show, Megaromania a prouvé qu'il ne fallait pas forcément attirer la foule pour offrir une bonne performance. Les cinq membres étaient présents et proches des fans qui, bien que peu nombreux, se sont montrés réceptifs et énergiques. Un concert intimiste où une ambiance endiablée a régné du début à la fin. Un concert qui prouve que le visual kei peut encore faire des étincelles.


SET LIST

AURORA-destinies of world-
Crimson
Quintessence Voyage
Cardinal Sin
wail of crested
Punish for pain
KALEIDOSCOPE
Phantom to the past
Reincarnation
Gate of the prophet
Sabbath
APOCALYPSE -re:birth of creation-

~ENCORE~

Oath-cross of eternity-
THE END OF VENGEANCE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire