16 mars 2011

MUCC le 23 janvier 2011 à l'Elysée Montmartre (Paris)

© MAVERICK




Après avoir sorti un nouvel album laissant une fois de plus certains fans perplexes quant au nouveau tournant de son style musical, MUCC était une nouvelle fois de retour en Europe pour une courte tournée, celle-ci contenant six dates seulement. Pour clôturer cette Chemical Parade européenne, c'est à Paris que le quatuor décidait de se produire ce 23 janvier 2011. Les fans semblent être nombreux à l'approche de l'ouverture des portes, tant la file longe toute la rue voisine. Le sold out n'est cependant pas atteint. Car une fois à l'intérieur de la salle, on remarque que la fosse n'est remplie qu'au 2/3, l'autre partie étant cachée par un rideau noir.

L'attente se fait longue avant que le groupe n'arrive. Ce n'est que vers 20h00 que Chemical Parade résonne. Sous cette intro électro et dynamique, SATOchi, YUKKE, Miya puis enfin Tatsuro débarquent sur scène. Cette entrée pendant laquelle les membres saluent chaleureusement leur public laisse apercevoir attentivement le style vestimentaire de chacun. Comme à son habitude, le visuel de MUCC tape dans l'originalité, même s'il est plus sobre qu'à ses débuts.

C'est ainsi que démarre Falling Down. Le groupe est au taquet et dévoile déjà une énergie débordante qui ne tarde pas à se déverser sur le public. Alors qu'une partie des fans boudaient Karma, celle-ci se laisse finalement charmer par cette première piste, visiblement satisfaite par la version live. Très vite, MUCC poursuit avec Zeroshiki et Chemical Parade Blueday ; ce début de soirée vibre donc au son du dernier album.

Une surprise pour les uns, une évidence pour les autres ; les chansons de Karma prennent une autre dimension en live. Celles-ci sonnent plus rock, la guitare et la basse étant plus mises en avant. Bien sûr, le côté "électro-dansant" est toujours présent, mais c'est cette facette des morceaux qui fait danser la totalité des adeptes, mais aussi la majeure partie des moins adhérents. Certains titres apportent de plus une touche de jazz, comme Daraku. Ainsi en live, Karma semble plus diversifié musicalement. S'ajoute à cela une ambiance unique et plus folle, surtout quand le groupe livre un jeu de scène splendide et épatant.

En effet, MUCC possède ce don qui est de livrer une performance hors du commun et d'en mettre pleins les yeux. On devine tout de suite que le groupe prend un énorme plaisir à jouer ce soir. Miya et YUKKE échangent régulièrement de place et rejoignent de temps en temps Tatsuro au centre de la scène pour jouer ensemble. Le chanteur communique beaucoup avec son public et n'hésite pas à rire avec lui lorsqu'il s'arme d'un petit camion de pompier en jouet.

Même si Karma est privilégiée ce soir, MUCC propose malgré tout des morceaux issus de ses anciens albums, dont FUZZ, durant laquelle Tatsuro sort son harmonica pour accompagner les premières notes tout en dansant avant de récupérer son micro. Le groupe interprète également Ageha, introduite par le son strident de la guitare de Miya et qui plonge la salle dans une atmosphère plus lourde et plus rock.

Alors que le public était chaud bouillant, MUCC décide de faire baisser la tension en entamant Polaris qui semble presque endormir ce dernier malgré la douceur et la beauté de cette chanson qui ne laisse pas indifférent. Hane et Yakusoku viennent à leur tour apaiser les fans qui restent tout de même à l'unisson en levant les bras. Devant une fosse moins réactive qu'au départ, MUCC remet aussitôt l'ambiance avec Shoufu. Tatsuro se déchaîne, s'accroupit au bord de la scène, saute tandis que la foule décide de se réveiller pour suivre le mouvement. Suivent Shiva, Houkou et Lion qui enflamment l'Elysée Montmartre avant que MUCC ne quitte une première fois la scène.

Le groupe ne traîne pas en coulisses et revient rapidement afin d'adresser quelques mots en français et de pouvoir récupérer cadeaux et banderoles. Tatsuro en profite pour apprendre quelques mots en japonais : "Ani ga kaiji !", répète fièrement la fosse. MUCC enchaîne avec Saishuu Ressha et Ranchuu où la folie s'empare de chaque personne présente. Au milieu de cette dernière, Tatsuro demande en plus aux fans de s'asseoir pour ensuite se relever et sauter tous ensemble. Un rappel des plus étonnants qui met le public entièrement à genoux pour savourer pleinement la dernière piste, Freesia. C'est après celle-ci que chaque membre remercie fièrement les personnes venues avant de terminer par les lancers de médiators, baguettes et peaux de batteries dédicacées.

MUCC a donc livré un très bon concert. Celui-ci fut assez varié musicalement compte tenu du style très vaste et de la longue carrière du groupe. Même si Karma était à l'honneur ce soir, MUCC n'a pas renié ses morceaux du passé. L'avantage est que chacun a pu au final trouver son compte parmi les différentes chansons jouées. La performance du groupe y est aussi pour quelque chose tant il a été présent, énergique et proche de son public du début à la fin. Cette expérience et ce jeu de scène stupéfiant prouve que MUCC est un groupe à voir et revoir sur scène, même s'il est parfois difficile à suivre au niveau de ses compositions. Le seul point négatif de cette soirée restera une partie de la set list qui a vu le passage successif de trois titres (trop ?) calmes qui a plus qu'anesthésiés la fosse. Mais en bref, cette dernière date à Paris aura été un final splendide et endiablé et c'est déjà avec grande impatience que l'on attend le retour de MUCC en France.


SET LIST

Chemical Parade
Falling Down
Zeroshiki
Chemical Parade Blueday
FUZZ
Daraku
Ageha
Circus
I am computer
Polaris
Hane
Yakusoku
Shoufu
Shiva
Houkou
Lion

Rappel

Saishuu Resha
Ranchuu
freesia

Outro

Karma

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire