1 février 2011

-OZ- le 21 janvier 2011 au Glaz'Art (Paris)

© -OZ-




Le concert du 28 décembre dernier avait laissé des traces d'un show sanglant. C'est après ce final que -OZ- débarquait en début d'année 2011 pour la première fois en Europe. Le 21 janvier, le quintette se produisait au Glaz'Art à Paris pour l'unique date française de sa tournée. Initialement prévu aux Instants Chavirés de Montreuil, le groupe a du changer de lieu pour satisfaire les fans n'ayant pas pu obtenir de billets face au sold out atteint en quelques semaines.

Si les Instants Chavirés n'offrent pas d'excellentes capacités point de vu son et espace, il faut savoir que le Glaz'Art ne possède pas beaucoup plus d'avantages. Avec une scène peu large laissant tout juste suffisamment de place aux musiciens pour jouer, on se doute facilement que celle-ci ne sera pas adapté au groupe. Mais ce n'est pas le seul point négatif : en plus d'être de superficie réduite, les planches du Glaz'Art sont aussi relativement basses. L'ajout de barrières est donc nécessaire pour retenir un minimum la foule tout en sachant que si cela tourne au vinaigre, elles risquent de ne pas tenir longtemps.

Public en place, dernières recommandations annoncées, il est maintenant temps que la salle plonge dans l'obscurité. Sous le son de Birthday, les membres de -OZ- entrent en scène, le briquet en main. C'est une tradition chez le groupe de débarquer et d'allumer son briquet en même temps que le public lors des passages "clés" de la musique. Les français ne l'ont pas oublié et sans plus attendre sortent et allument leurs briquets alors que l'intro a à peine débutée. Ce clin d'oeil a beau être fait avec enthousiasme, cette entrée perd tout son charme à cause du manque de synchronisation avec le groupe. -OZ- n'y prête cependant aucune attention et démarre aussitôt avec Last Shell qui est une sacré surprise pour les fans qui s'attendaient plutôt à ce que le live débute par un titre de ROUGE.

Dès lors, le groupe est au taquet et headbangue en rythme. Natsuki impressionne déjà par son chant harmonieux et ses growls agressifs, montrant sa capacité à passer de la douceur à la brutalité en un bref instant. Le chanteur s'impose rapidement comme le maître de la soirée en lançant des regards noirs aux quatre coins de la salle et en se positionnant au bord de la scène. Nao joue les séducteurs en lançant des sourires ravageurs et en venant jouer près de Tama, un peu plus discret par rapport au bassiste. Aki met facilement l'ambiance de son côté en dévoilant un bon jeu de guitare. Il est juste déplaisant que l'éclairage soit de bas niveau et que la brume camoufle Zukki qui semble malgré tout se donner à fond derrière sa batterie.

C'est au moment où les titres plus violents et nerveux tels que Shangrila, Bitter&Sweet et BLAZE sont joués que l'on constate effectivement que les conditions matérielles du live ne sont pas favorables au groupe. En l'absence de la plate-forme dont Natsuki a l'habitude de se servir, celui-ci n'hésite pas à prendre appui sur les barrières tandis qu'il se penche sur les premiers rangs. Très vite, elle ne tardent pas à céder sous le poids des fans, les mouvements vers l'avant et les pogos étant de plus en plus fréquents. Natsuki lui, se laisse emporter par la fureur émanant du public et continue de s'en approcher, allant jusqu'à effectuer un premier bain de foule.

Après ce premier contact avec les français, Natsuki, en sueur, se décide à retirer sa veste, réveillant l'hystérie de quelques demoiselles. S'en suit alors du fan-service abusif et parfois navrant où l'homme qui paraissait fort imposant et froid il y a encore quelques instants se met à lécher son micro tout en détachant un à un les boutons de sa chemise pour enfin se laisser caresser le torse par des mains aussi bien masculines que féminines. Le chanteur a-t-il décidé de s'adapter à ce public présent ce soir et de répondre à ses appels ? Certainement. En tout cas, c'est avec grand plaisir que Natsuki continue de s'approcher, désormais la chemise entièrement ouverte. Beaucoup apprécient cette façon de communiquer, d'autres pas. La plupart de la gente féminine située dans les premiers rangs ne dit pas non devant un tel jeu de scène et bataille pour pouvoir toucher son idole au moindre endroit accessible. Et évidemment, avec un comportement si pathétique, l'ambiance dans la fosse dégénère très vite et plusieurs personnes sont évacuées pour cause d'évanouissements. Devant ce résultat, Natsuki décide de revenir à la raison (à la demande d'un membre du staff, précisons-le) juste le temps de calmer le public et lui demander de reculer afin de redresser les barrières.

Même si le chanteur semble un brin sur-excité au point de vouloir tenter à nouveau le bain de foule qui se transforme en belle chute sur le sol, les autres membres savent rester eux-mêmes en se méfiant des mains baladeuses lorsqu'ils effectuent des tentatives d'approche. Dans cette ambiance, les titres de ROUGE s'enchaînent et s'apprécient avec puissance. Rotate, PLANT, mais également les incontournables comme Pressed flower, enflamment le Glaz'Art. -OZ- livre une bonne performance et c'est sans difficulté qu'il parvient à faire bouger la fosse. Le groupe se veut en plus proche de ses fans, comme on a pu déjà le constater avec Natsuki ; beaucoup de communication, Nao, Tama et Aki pointent le public du doigt et l'appellent à se déchaîner avec toujours plus de rage. Natsuki l'incite à hurler encore plus fort quand il sollicite des "Are you excited ? Are you alive ?". Le chanteur fait aussi répéter "A FACT OF LIFE" pendant plusieurs minutes.
Le show se poursuit avec des titres marquants tels que Seventh TierNatsuki se met à agiter le bras en l'air, geste que les fans reproduisent avec enthousiasme, ou encore Zenith et FILMY, visiblement très attendues et durant lesquelles le public devient extrêmement fou.

C'est après la dynamique LEAD que le groupe salue et remercie une première fois son peuple avant de se retirer. Alors qu'il traîne à revenir, la motivation pour rappeler le quintette a l'air de s'être envolée. Ce n'est qu'une impression cependant car quand le groupe réapparaît enfin sur scène, les hurlements et les acclamations l'accueille à nouveau. Natsuki annonce donc une nouvelle chanson que le public connaît déjà : Force. Quand les couplets résonnent, le chanteur décide de ressortir et de rallumer son briquet ainsi que les fans qui s'empressent de faire pareil. Butterfly et DETOX témoignent d'une fin remarquable pendant laquelle Natsuki promet le retour du groupe dans nos contrées avant que le groupe ne quitte la scène, laissant un public entièrement conquis par cette prestation.

En conclusion, ce n'est pas le meilleur concert qu'ait pu offrir -OZ-. La magie noire qui opère pendant chacun des lives du groupe n'était pas toujours présente et autant en conclure qu'elle a été atténuée par une attitude parfois déplorable de la foule. Mais pour une première venue à Paris, cela reste un bon concert qui sera inoubliable pour la plupart des personnes présentes. -OZ- possède un fort potentiel et a le mérite d'avoir su maintenir une fosse entièrement debout pendant presque deux heures, même si on ne demandait pas tant de fan-service de la part de Natsuki.


SET LIST

Birthday
LAST Shell
Shangrila
Bitter&Sweet
BLAZE
Rotate
PLANT
Pressed flower
flood bead
Seventh Tier
ATHENA
Zenith
FILMY
Blot
Enmity
LEAD

~Rappel~

Force
Butterfly
DETOX

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire