15 octobre 2010

D'espairsRay le 3 octobre 2010 au Bataclan (Paris)

© D'espairsRay




On les avait vus jouer au Trabendo, à la Locomotive, à la Cigale... Aujourd'hui, c'est au Bataclan que se produit D'espairsRay pour le final Parisien tant attendu du World Tour Human-clad Monsters en Europe. Avec un grand écriteau mettant en évidence le nom du groupe au dessus de l'entrée, il était impossible de se tromper de salle, bien qu'au début, on aurait pu croire que l'on assisterait au concert de "DESPAISPRAY".
Le Bataclan... Une salle similaire à l'Elysée Montmartre et la Cigale : une grande fosse entourée de balconnets. Bien que niveau espace et aménagement, les fans trouvent leur bonheur, il en est autrement concernant l'atmosphère... Le Bataclan connait-il le mot "ventilation" ? Pendant plus d'une heure trente d'attente, une chaleur étouffante et insupportable règne au fur et à mesure que tout le monde prend place. La température ne diminue pas moins avec le passage de pistes de fond aux sonorités hardcore, metal et industriel. De Ministry à DIR EN GREY, en passant par Rammstein et Marylin Manson, le son dépassant déjà 120db chauffe les plus enthousiastes. Un premier pogo se déclenche par ailleurs aux premières notes de WHAT'S UP PEOPLE ? de MAXIMUM THE HORMONE. Aucun doute, même si l'oxygène est difficile à trouver, le public promet d'être monstrueux ce soir ! Sauf qu'il ne l'est pas encore assez pour le DJ, situé derrière ses platines, un peu plus en hauteur à côté de la scène. Ce dernier réclame un dernier appel au groupe qui semble enfin prêt à démarrer le bal !

Les lumières s'éteignent, le rideau qui, jusque là, cachait la scène, s'ouvre enfin, dévoilant quatre splendides monstres vêtus de noir et prêt à rugir. Le public déjà en furie pourrait alors s'attendre à une ouverture détonante avec un titre du dernier album. Mais, surprise ! C'est avec BORN que le groupe débute sa parade de démons, ce qui est loin de déplaire ! Surtout quand c'est Marry of the Blood qui vient après cette première piste. Les quatre créatures de D'espairsRay sont décidément prêtes à en étonner plus d'un ! C'est bien le cas ! L'atmosphère est lourde, sombre, diabolique. La voix torturée d'HIZUMI est toujours aussi impressionnante ! Même avec ses soucis de santé, le chanteur parvient à assurer le show, même si quelques petites pauses sont parfois nécessaires. Karyu et ZERO échangent régulièrement de place. Le grand guitariste est totalement déchainé, une vraie pile électrique ! Le bassiste, un peu plus calme en ce début de live, joue malgré tout de son charme en offrant des sourires ravageurs auxquels les demoiselles des premiers rangs répondent sans aucune hésitation. TSUKASA reste malheureusement le plus discret derrière sa batterie, mais dégage une énergie débordante en tapant de toutes ses forces sur son instrument.

Oui, ce sont bien des D'espairsRay complètement déchaînés que nous avons l'occasion de voir ce soir ! Il en est de même pour le public, totalement fou, bien que celui-ci semble se calmer au fur et à mesure que le concert se poursuit, la chaleur étant certainement la principale cause. La pression est tout de même à son comble ! D'espairsRay entraîne son armée dans le son lourd de REDEEMER et WEDICINE avant de passer enfin au registre MONSTERS ; il est temps d'augmenter encore plus la tension avec DEATH POINT ! La fosse a à peine le temps de s'en remettre que le quatuor enchaîne avec dope et ensuite LOVE IS DEAD qui apporte un semblant de couleur à la noirceur du live. C'est entre ces deux titres qu'HIZUMI en profite pour caser un : "Are you ready Paris ?" et inciter le public à fusionner avec le groupe. "I want to see you all scream! I want to see you all fucking crazy!".

Il n'en dira pas beaucoup plus hélàs. Car s'il y a bien une chose qui manque à cette prestation, c'est bien la communication ! On se rappelle encore des quelques mots français prononcés par chacun des membres lors de la précédente tournée Européenne. Cette fois, seul HIZUMI ose parler au nom du groupe, et en anglais seulement. Le lien reste fort malgré tout, bien que le live défile à une vitesse folle. Autant chaque titre est intensément apprécié, mais ceux-ci se succèdent (trop) rapidement.

La set-list est d'ailleurs bien constituée et ordonnée... Ou presque ! Human-clad Monster, désignée comme étant symbolique pour le groupe puisqu'il s'agit également du nom de la tournée, s'incruste dans le milieu de la parade, et même si la tension est à son apogée, cette chanson serait certainement mieux passée en tête de liste. Ce n'est cependant qu'un détail vite oublié quand les magnifiques Infection et abyss laissent place au calme et à la douceur le temps de quelques notes. La voix douce d'HIZUMI dégage une sensualité envoutante. Le chanteur continue en plus d'hurler de toutes ses forces, alors qu'une brume bleutée fait son apparition dans la salle, ne laissant apercevoir que sa maigre silhouette ainsi que celles de ses compères. D'espairsRay réenclenche aussitôt la tempête en jouant des chansons phares des précédents albums. DAMNED, Lost in re:birth, TRICKSTeR ne laissent pas indifférent. HOLLOW, rallongée par le refrain et les solos à la guitare et à la basse, montre une fois de plus la proximité entre D'espairsRay et son public. Karyu et ZERO au summum de leur énergie, finissent à genoux aux bords de la scène devant un public détraqué qui chante les "Lalala" en chœur avec HIZUMI, lui aussi totalement en transe. Mais c'est pendant Garnet que le quatuor et son public plongent dans la fureur la plus noire.

Après une heure trente de show non-stop, il est temps pour le groupe de se retirer un bref instant. Les fans, satisfaits, en redemandent encore malgré la fatigue et le manque de souffle. Malheureusement pour eux, ils ne pourront pas se déchaîner une dernière fois aussi longtemps qu'ils l'espéraient, tant le rappel est aussi rapide que le reste du concert. Les quatre musiciens, alors vêtus d'un T-shirt de la tournée, enchaînent rapidement Reddish, Forbidden et MIRROR dont ce dernier en laissera certains sur leur faim. Outre cette fin précipitée de soirée, D'espairsRay décide de s'accorder quelques instants supplémentaires pour remercier son public, à genoux, une dernière fois. Lancers de baguettes, de T-shirt, de médiators, ainsi que quelques poignées de mains et D'espairsRay abandonne la scène désormais marquée par les traces de ce spectacle.

Le final du 03 octobre 2010 restera remarquable. Un concert étonnant, mais seulement s'il n'avait pas été défini comme un "final". Car pour un final qui était désigné comme attendu et inéluctable, cela réservait peu de surprises. On se demande encore ce que l'on a pu louper par rapport à une des dates précédentes. Ceux qui auront vécu le concert à Strasbourg ne verront pas de grandes différences entre les deux dates. Rien qu'un concert plus long aurait fait basculer la balance. La seconde déception reste l'absence d'in vain alors qu'elle était prévue au rappel. Cependant, on tire une nouvelle fois la même conclusion positive : D'espairsRay est toujours un groupe qui prend un malin plaisir à se produire sur scène. Une énergie folle, débordante, infinie. D'espairsRay ne joue pas sur scène QUE pour promouvoir son dernier album. D'espairsRay joue sur scène pour prendre son pied et revivre son parcours en une soirée à travers ses morceaux qui datent d'hier ou de quelques années. Les quatre albums du groupe sont passés en revue dans une set list bien construite et variée, même si elle manquait de ballades. Enfin, bien que le groupe ai peu communiqué tout au long de la soirée, il a su faire voyager son public dans son univers unique. Sauf que ce dernier aurait aimé que le voyage dure plus longtemps...


SET LIST

BORN
Marry of the blood
WEDICINE
REDEEMER
DEATH POINT
dope
LOVE IS DEAD
DAMNED
Infection
Human-clad Monster
DEVILS' PARADE
abyss
Lost in re:birth
TRICKSTeR
HOLLOW
Garnet

Rappel

Reddish
Forbidden
MIRROR

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire